Poisson Lacustre

L'ASRPP regroupe les pêcheurs professionnels des cantons romands (Genève, Valais, Neuchâtel et Fribourg). Crée en 19..., elle regroupe une huitantaine de membres. Son rôle est de soutenir les intérêts de la profession vis-à-vis des autorités et de promouvoir le métier et ses produits.

Etre pêcheur professionnel aujourd'hui, c'est certes être pêcheur dans l'âme, mais surtout professionnel dans l'acte. Vivre hors du temps, du moins celui de la plupart des autres, en décalage constant, le plus souvent seul, à des heures indues, au milieu de nulle part, par tous les temps ou presque: être pêcheur professionnel c'est un choix de vie.

Car le métier, aussi beau soit-il, est dur! Et si cela s'arrêtait là. Encore faut-il comprendre le poisson; comprendre le lac et ses sautes d'humeur; sentir le vent, l'air du temps; quel filet, à quelle profondeur, où, quand ... en bref faire preuve de connaissances pointues et surtout d'intuition, savoir ce que l'on veut pêcher, dans quelles proportions, sans jamais prétériter la pêche du lendemain, du surlendemain. Un pêcheur professionnel doit durer, pour cela il faut que le poisson survive.

De retour au port, il ramène à la surface les trésors cachés de nos lacs, ceux-là mêmes qui fleurent bon le frais. Nul n' est besoin d'emprunter les axes routiers sur des centaines de kilomètres. Le pêcheur romand pêche pour nous, tous les jours, devant nous; nous qui avons le bonheur d'être les riverains de ces sites merveilleux que sont nos lacs et que l'on nous envie loin à la ronde.

L'Association suisse romande des pêcheurs professionnels (ci-après: l'Association) est une association faîtière qui regroupe des membres collectifs, créés sous la forme d'une personne morale (ci-après: sections).

L'Association a pour but de regrouper, sous la forme de sections, les pêcheurs professionnels des cantons romands soit Genève, Vaud, Valais, Neuchâtel et Fribourg, et de soutenir d'une manière générale les intérêts professionnels des sections. Toute demande d'admission d'une section doit être adressée par écrit au Comité. La section qui sollicite son admission doit joindre à sa demande un exemplaire de ses statuts et une liste de ses membres avec désignation exacte des personnes formant son comité.

D'office, il doit notifier au Comité de l'Association les mutations enregistrées dans leurs organes. La section qui contrevient aux présents statuts, agit à l'encontre des intérêts sociaux, nuit à la réputation de l'Association ou fait partie d'une autre association faîtière, peut être exclue. Suivant les circonstances, l'exclusion peut aussi être prononcée sans indication de motifs.

Etre pêcheur professionnel aujourd'hui, c'est certes être pêcheur dans l'âme, mais surtout professionnel dans l'acte. Vivre hors du temps, du moins celui de la plupart des autres, en décalage constant, le plus souvent seul, à des heures indues, au milieu de nulle part, par tous les temps ou presque: être pêcheur professionnel c'est un choix de vie. Car le métier, aussi beau soit-il, est dur! Et si cela s'arrêtait là. Encore faut-il comprendre le poisson; comprendre le lac et ses sautes d'humeur; sentir le vent, l'air du temps; quel filet, à quelle profondeur, où, quand ... en bref faire preuve de connaissances pointues et surtout d'intuition, savoir ce que l'on veut pêcher, dans quelles proportions, sans jamais prétériter la pêche du lendemain, du surlendemain. Un pêcheur professionnel doit durer, pour cela il faut que le poisson survive.

De retour au port, il ramène à la surface les trésors cachés de nos lacs, ceux-là mêmes qui fleurent bon le frais. Nul n'est besoin d'emprunter les axes routiers sur des centaines de kilomètres. Le pêcheur romand pêche pour nous, tous les jours, devant nous; nous qui avons le bonheur d'être les riverains de ces sites merveilleux que sont nos lacs et que l'on nous envie loin à la ronde.

Dimanche soir, 19h34. Les filets de la veille sont parés, attachés. Le falot, surtout ne pas l'oublier, est rempli de pétrole. Chargé de tout son matériel, le bateau est prêt à sortir du port. Debout, le pêcheur observe. Au milieu de nulle part il a déjà une idée quant à l'implantation de ses filets. Il a observé la météo, il connaît ses coins, il se doute des déplacements de ses proies. Arrivé sur les lieux, il lui faut une demi-heure pour déployer ses filets, filets dérivants. Le falot est attaché et allumé, il permettra, plus tard, de retrouver les filets. 21h04 De retour au port, il charge les petits filets qu'il ira poser le lendemain matin. Fin du premier acte. Il est l'heure de se rentrer. Lundi 03h15. Le réveil fait retentir son cri strident et brutal. 03h45 Départ du bateau. L'objectif est de poser les filets nécessaires à la capture du fleuron: les perches. 04h05 On part à la recherche des filets dérivants.

Où pêcher à Paris

Ah la pêche, c’est juste génial ! Les pieds dans l’eau, l’esprit dans le temps qui passe lentement, nos instincts de chasseurs doivent être restés actifs quelque part au fond de nous, car on ne s’ennuie jamais à la pêche ! Ja-mais ! Et pourtant, si on devait décrire ce que c’est à un ignorant, disons par exemple à un footeux, ou à un chasseur (oh ! tout doux : je pratique les deux, un peu d’humour quoi !), on dirait quoi ? On dirait à peu près : tu lances une ligne hameçonnée dans l’eau, puis tu attends, des minutes, des dizaines de minutes, et rien ne se passe, que l’espoir d’attraper un poisson affamé, et si possible énorme, poisson que tu n’es jamais vraiment sûr de ferrer ! Bon, là, encore, le défi, justement, le combat au corps à corps mélange de tension, de rapport de force et d’amour (ou d’appétit) façon boxeur, ça pourrait parler au chasseur ou au footeux. (Dont je suis, hein, juste pour rappel).

Bref, il n’y a pas mieux pour se détendre et quoi qu’on en pense, c’est des activités comme la pêche qui vous font croire à l’enchevêtrement de différents cerveaux empilés par la sélection naturelle (et pas la nationale… Oh ! J’en suis !). Alors il faudra bien vous y essayer, parce que ce n’est pas en passant vos nuits dans les boites trop chères et vos après-midi dans le canapé devant votre écran trop clair que vous allez vous rendre heureux (je dis ça au cas où vous n’auriez pas remarqué). Et si vous avez peur de vous y ennuyer, faites comme mon patron, qui pue un peu, mais ça, c’est les patrons, n’empêche qu’il sait se faire plaisir avec son pognon, et ça, ça fait toujours plaisir à voir. C’est beau, n’empêche, le plaisir partagé. Où en étais-je ? Ah oui, justement, la pêche. Eh ben lui, mon patron, il va pêcher avec une Paris escort de http://www.6annonce.com. Je sais : je l’ai vu une fois à l’étang de Suresnes. Elle était super belle, mais ils ont rien pris ! Enfin, plus précisément, lui, il a rien pris, parce qu’elle, je crois que c’était une pêché miraculeuse. Oui, parce que mon patron, autant c’est un dur avec nous, autant avec les femmes, je l’ai vu, c’est un toutou. Bref…

Donc, pour pêcher à Paris, il y a de super spots au Bois de Boulogne (et pas que pour les morues) et au Bois de Vincennes. C’est un cadre à tomber par terre. Il y a aussi la Seine, pour ceux que ça ne dégoute pas. Perso, j’ose pas, mais mon cousin me dit que si on choisit bien le coin, le poisson est pas trop radioactif et assez peu chargé en mercure. Il recommande l’ile Saint Louis, où il pêche la carpe de nuit. Je voudrais bien le croire, mais la Seine…

Mes coins favoris, à cause des arbres autour et de la vue qu’il y a, c’est le lac inférieur, au Bois de Boulogne, mais j’aime aussi bien Suresnes, et parfois Saint-James.

Poisson Lacustre Copyrights - Alain Schmid - Avenue de la Piscine 18 - 1020 Renens